Au cours de cette semaine, plusieurs sites d’information algériens sont de nouveau accessibles, après un blocage qui a duré quelques mois.

Que ce soit la décision de bloquer l’accès à ces médias en ligne ou celle de leur déblocage, aucune autorité n’a tenu à communiquer sur cette affaire, qualifiée par certains de « censure ».

Il est à rappeler que des dizaines de journalistes algériens issus de différents supports ont lancé cette semaine une pétition pour dénoncer «des pressions et contraintes imposées aux institutions médiatiques qui empêchent les journalistes d’accomplir leur devoir professionnel et d’assurer le service public conformément aux usages et aux critères professionnels consacrés par la déontologie de la presse ».

Auparavant, plusieurs ONG de défense de la liberté de la presse ont « dénoncé le blocage de l’accès à des sites en ligne ».