Les services de la Gendarmerie nationale et de la police, spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité, ont-ils accentué la surveillance des pages et groupes sur le réseau social Facebook, qui couvrent l’actualité liée au mouvement populaire ?

Selon l’édition du quotidien El Watan de ce jeudi 5 septembre, « une modératrice du groupe Facebook «Algérie Debout» a été auditionnée lundi dernier par le service de la cybercriminalité de Bab Ezzouar ».

« A Alger, une modératrice du groupe Facebook «Algérie Debout» a été convoquée, lundi, par le service de la cybercriminalité de Bab Ezzouar, selon le fondateur et administrateur du groupe, Sofiane Benyounes», rapporte El Watan.

«Un des modérateurs du groupe ‘‘Algérie Debout’’ a été convoqué et subi un interrogatoire de plusieurs heures au service de la cybercriminalité de Bab Ezzouar qui a porté essentiellement sur ma personne, mes publications concernant le chef d’état-major et sur les activités du groupe Algérie Debout», a-t-il indiqué dans une déclaration publiée sur Facebook. Ce dernier  «étant en déplacement à l’étranger pour des  raisons personnelles», la police «s’est donc orientée sur un de nos modérateurs femme afin de recueillir les informations sur ma personne et sur le groupe», rapporte encore le quotidien francophone.

Selon toujours la même source, «la modératrice a été contrainte d’ouvrir son compte Facebook sur un micro-ordinateur sur lequel les officiers ont prélevé les informations qu’ils recherchaient», a souligné le fondateur de l’un des groupes de discussions Facebook le plus actif».