L‘équipementier suédois, Ericsson s’attend à devoir débourser plus de 1, 2 milliard de dollars dans le cadre d’un arrangement avec la Justice américaine et le contrôleur boursier SEC des Etats-Unis pour avoir enfreint les règles en matière de corruption.

L’affaire avait vu le jour en 2013 déjà, même si les détails exacts restent vagues. Depuis lors, Ericsson collabore avec le SEC (Securities and Exchange Commission), à savoir le contrôleur boursier américain, mais aussi, depuis 2015, avec le Département de la Justice des Etats-Unis.

Il est question d’activités d’Ericsson en Chine, à Djibouti, en Indonésie, au Koweït, en Arabie Saoudite et au Vietnam, où des infractions auraient été commises par l’entreprise à des règles éthiques professionnelles et au Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) américain.

Les détails précis ne sont pas connus, à l’exception du fait que certains collaborateurs ont pu échapper à des contrôles internes pour commettre des infractions. En octobre de l’année dernière déjà, Ericsson annonçait le licenciement de 50 personnes dans le cadre de cette affaire.

Cette affaire de corruption suite à son implication dans des affaires douteuses, va impacter Ericsson en matière de revenus pour cette année. Mais le plus grand impact c’est l’«image » de Ericsson qui sera collée à la « corruption ».