A l’aide de faux profils ou « avatars numériques » sur le réseau social professionnel, près de 4000 cadres et employés de l’administration française ont été approchés par la Chine, pour mieux récupérer des informations confidentielles.

Exprimez-vous