En matière de cybersécurité, les activités d’espionnage et de sabotage soutenues par des Etats gagnent du terrain face à la cybercriminalité financière, estime la société russe spécialisée en sécurité informatique Group-IB dans un rapport présenté mardi.

Dans le domaine des « innovations et de la recherche pour créer des logiciels malveillants complexes, ainsi que dans l’organisation d’attaques ciblées, les acteurs menaçants soutenus par des États gagnent du terrain face aux cybercriminels mus par des motivations financières », affirme Group-IB qui a analysé les activités d’une quarantaine de groupes de hackers.

Les actions de ces hackers « visent à assurer une présence à long terme dans les réseaux d’infrastructures critiques pour saboter et espionner des entreprises des secteurs de l’énergie, du nucléaire, du commerce, de l’eau, de l’aviation », poursuit le rapport.

« Ces groupes sont financés par des gouvernements tels que la Corée du Nord, le Pakistan, la Chine, les Etats-Unis, la Russie, l’Iran et l’Ukraine », précisent toutefois les experts de Group-IB, soulignant l’utilisation d’un « nouveau vecteur d’espionnage: le piratage d’appareils personnels de responsables publics » jusque chez eux.

Au cours du second semestre 2017 et du premier semestre 2018, la plupart de ces attaques auraient ciblé des entités dans la région Asie-Pacifique.

Moscou vient d’être accusée par plusieurs pays occidentaux d’avoir organisé des cyberattaques mondiales visant ces derniers mois plusieurs organisations internationales.

« Les banques sont considérées comme une infrastructure critique, elles sont la cible de groupes de hackers soutenus par les Etats. Une attaque réussie peut détruire une organisation financière et même provoquer l’effondrement du système financier d’un Etat », a déclaré lors d’une conférence à Moscou mardi Ilia Sachkov, qui est à la tête de Group-IB.

Déplorant le « manque de synchronisation » des législations nationales en matière de cybercriminalité, il a plaidé pour une action coordonnée au niveau des Nations unies.

Exprimez-vous