Lors du dernier Conseil des ministres, avait été adoptée une loi régissant l’activité spatiale, particulièrement en matière de communications satellitaires, dont l’impact économique, selon le PDG d’Algérie Télécoms satellites, n’est plus à démontrer.

S’exprimant, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Mohamed Anouar Ben Abdelwahed explique que son entreprise envisage, durant les années à venir, de mettre en œuvre divers projets parmi lesquels ceux des chrono-tachygraphes, de l’éducation, santé et de l’internet résidentiel.

Il explique qu’entre autres activités, son entreprise intervient dans les zones enclavées et frontalières non desservies, pour les connecter via ses réseaux satellitaires.

M. Ben Abdelwahed annonce qu’Algérie Télécoms Satellites va s’attacher, à partir de 2019 et en plus du secteur de la télédiffusion, de capter le marché des particuliers en y introduisant l’internet satellitaire, « une solution complémentaire », dit-il, au réseau terrestre.

En dehors de ces prestations de service, il signale que cette entité cible plusieurs champs d’intervention à l’international pour y exporter son savoir-faire, notamment en matière de gestion de satellites de pays tiers, dont le trafic, dit-il, sera assuré par l’Algérie.

En plus d’avoir assuré des connexions avec des exposants nationaux, en Mauritanie et au Mali, l’intervenant signale qu’avec ces pays, il est notamment prévu de développer une coopération visant à leur transmettre des solutions par le biais de connections satellitaires.

Source : Radio algérienne

Exprimez-vous