Publicité

La finale de la première édition du concours dédié aux technologies de l’information et de la communication « The ICT Challenge »  initié par l’accélérateur de startups, Algeria Venture, et Huawei Algérie, organisée jeudi à Alger, a été remportée par le projet « AITECH » dans le domaine de l’agri-tech.

Il s’agit d’une plateforme qui permet de gérer son exploitation agricole et d’en optimiser les rendements en utilisant les technologies de l’information et de la communication, notamment le Cloud.

Son initiateur, Mabrouk laib, a reçu un chèque d’un montant de 2,5 millions de dinars, en plus de cycles de formation qui lui seront dispensées par Huawei Algérie. Mabrouk laib a salué l’initiative de Huawei et de son implication dans l’accompagnement et le développement des startups algériennes.

Publicité

Le deuxième prix a été attribué à une startups qui a développée l’application « Tahwissa.dz » qui est un guide touristique et culturel qui permet de localiser les hôtels, les restaurants ou encore les agences de voyage à travers l’Algérie, avec la possibilité d’effectuer une pré-réservation en ligne et en temps réel.

Son développeur, Fouad Boufedjline, s’est vu remettre un chèque de 1,5 millions, ainsi que des cycles de  formation qui lui seront assurées par le même le partenaire chinois d’Algeria Venture.

Fouad Boufedjline a affirmé que « Huawei est une entreprise citoyenne qui ne rate aucune occasion pour accompagner les startups ».

Quant au troisième prix qui a valu à la startup qui a élaboré le projet un chèque de 1 million de dinars, il a été décerné au projet « BIOFERTEC », qui est une solution permettant la réduction des coûts en rationnalisant l’utilisation des fertilisants, tout en augmentant la productivité des surfaces agricoles.

L’initiateur du projet « BIOFERTEC », Rostom Ounass a salué les efforts de Huawei visant à encourager le développement et la concrétisation des projets innovants.

Afin d’encourager les autres finalistes, les organisateurs ont prévu de les faire profiter d’une formations qui leur sera offerte par Huawei Algérie.

Sur les 85 startups issues de 25 wilayas du pays ayant pris part à ce concours dans les domaines du Cloud (nuage virtuel) des SAAS (plateformes de services) des IoT (Internet des objets) et l’IA (Intelligence artificielle), dix ont été sélectionnées pour présenter leurs projets en 3 minutes devant un jury composé d’experts dans les TIC.

Ce concours est le fruit de la signature d’un mémorandum, en mois de juin dernier, entre Algeria Venture et Huawei Algérie qui porte sur l’accompagnement des startups algériennes en matière de formation par le géant chinois des télécommunications, ont expliqué les organisateurs.

Lors de son intervention, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie du savoir et des Startups, Yacine El-Mahdi Oualid, a indiqué que le but de l’organisation de ce genre challenge est de « motiver » les jeunes entrepreneurs dans le domaine des TIC à innover avec des solutions qui pourront apporter une valeur ajoutée à l’économie nationale.

En plus d’une récompense financières, les gagnants bénéficieront d’une formation et d’un accompagnement qui leur permettra d’aller de l’avant dans le domaine de l’entrepreneuriat, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le DG d’Algeria Venture, Sid Ali Zerrouki, a fait savoir que le but de l’organisation de ce concours est de mettre en valeur les capacités des jeunes porteurs de projets dans le domaine des TIC et de prouver que les startups sont en mesure de proposer aux opérateurs économiques des solutions que les grandes entreprises, notamment étrangères, n’ont pas pu leur offrir.

De son coté, le DG de Huawei Algérie, EASON Yi, a déclaré que son entreprise veut contribuer à la construction d’un écosystème algérien dansle domaine des TIC et cela en assurant des formations aux porteurs de projets dans ce secteur.

La responsable de projet de ce concours, Imène Khenafi, a indiqué, pour sa part, que sur l’ensemble des 85 startups inscrits, 36% était des implantées à l’Est du pays, 16% au Centre et autant au Sud, alors que 32% d’entre elles étaient localisées à l’Ouest.

Publicité