Les éditions du weekend des journaux nationaux El Watan, El Khabar et Echourouk, qu’on trouve chaque vendredi dans les kiosques, ont cessé de paraître pour différentes raisons.

Les difficultés financières liées au manque de publicité est le facteur principal ayant poussé la direction d’El Watan à mettre fin à l’édition du vendredi. Le journal ne peut plus assurer les charges des journalistes et le coût de l’impression.

À maintes reprises, le quotidien francophone affirme être victime d’étranglement financier et se trouve actuellement avec peu de publicité dans ses éditions de la semaine. Quant au quotidien El Khabar, la disparition de l’édition du vendredi est due aux difficultés dans la distribution à cause des fermetures des routes le jour du Hirak.

Après la disparition des éditions d’El Watan et d’El Khabar, il y a deux semaines, Echourouk du vendredi a cessé, à son tour, de paraître. Il est introuvable dans les kiosques depuis le vendredi 26 juillet.

Il est à rappeler que le gouvernement, quelques semaines après le début du mouvement pacifique du 22 février dernier, avait promis une distribution équitable de la publicité publique ANEP. Toutefois, rien n’est encore fait dans ce sens, bien au contraire ; plusieurs sites d’information sont devenus inaccessibles. Il s’agit notamment des sites «TSA» et «Algérie Part» dont l’accès est bloqué aux lecteurs algériens.