Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer a fait état d’un décret exécutif régissant la presse électronique, actuellement en enrichissement par les secteurs concernés pour avis sur le fond et la forme avant sa présentation en Conseil du Gouvernement pour approbation.

Dans une entrevue accordée au journal électronique El Khabar Presse, M. Belhimer a expliqué qu’il s’agit d’un décret exécutif portant modalités d’exercice de l’activité de l’information sur internet et la diffusion des réponses et correctifs sur le site électronique.

L’enrichissement de ce texte de loi a déjà commencé à travers sa communication aux secteurs concernés pour avis et observations sur la forme et le fond, a-t-il indiqué, précisant qu’une fois finalisé, il sera présenté en Conseil du Gouvernement pour approbation.

A une question sur « la domiciliation » des sites électroniques, le ministre a expliqué que le terme utilisé est « l’algérianisation » des sites de diffusion et de publication, à l’instar des chaînes de télévision, ajoutant que ces sites sont sensés exercer à partir de l’Algérie selon la législation régissant l’activité des médias activant sur le internet.

Il a relevé, en outre, que la domiciliation vise à réglementer l’activité de ces sites conformément à la loi algérienne, ce qui permettra, a-t-il dit, d’arrêter la course effrénée derrière l’argent ou le transfert des capitaux par des voies et moyens illégaux.

S’agissant des mécanismes devant permettre à la presse électronique de bénéficier de la publicité publique, M. Belhimer a indiqué qu’après la publication du texte de loi relatif à la presse électronique, ça sera aux critères relatifs à la publicité  électronique d’être définis.

Précisant que ces critères ne seront pas différents, du point de vue de la de la référence et des principes généraux, de ceux applicables à la presse « papier », le ministre de la Communication a indiqué que ce volet sera clairement défini par la loi sur la publicité,  « l’un des plus importants chantiers du secteur », a-t-il conclu.

APS