Dans un entretien accordé lundi 21 septembre au quotidien arabophone El Khabar, le Directeur général de Huawei Algérie, Alex Daiqing affiche le souhait de son entreprise d’apporter et participer avec son expérience à travers le monde, à la numérisation de l’Algérie.

Ainsi, l’interviewer a mis en avant une stratégie de développement basée sur trois volets. Il citera en premier lieu, le développement de l’infrastructure réseau fixe et mobile tout en continuant à améliorer la qualité du réseau existant pour le fixe et le mobile.

Le deuxième volet est d’encourager les start-ups à créer des applications et les utiliser à grande échelle afin de permettre un passage facile. Pour le troisième volet, le DG de Huawei Algérie cite l’aide et la formation des talents et les étudiants algériens à acquérir et accéder à la technologie.

Sur ce dernier point, Il a cité le plan de Huawei de la création d’un écosystème complet en Algérie basé sur 5 axes. Le premier c’est la création de Huawei ICT Académies en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur depuis 2018. Actuellement avec 10 académies et qui atteindront les 25 avant la fin de l’année en cours.

L’autre programme c’est la compétition mondiale de Huawei Initiée depuis 2019 en Algérie, où une équipe algérienne de trois étudiants avait la remporté le premier prix en Chine.

Le troisième programme c’est « Seeds for the future mis en place depuis 2015 suite à une convention signée avec le ministère de la Poste et des télécommunications. Ainsi, entre 10 et 15 étudiants des instis des télécommunications d’eucalyptus et d’Oran bénéficiant des formations en Chine.

Un autre programme visant à inviter les jeunes et talents algériens à rester dans le pays c’est le Salon de l’emploie et de la formation organisé chaque année par Huawei et ses partantes. Ceci permettra au recrutement des nouveaux diplômés et permettre aux étudiants également de bénéficier des stages pratiques et formations.

Le dernier programme c’est la formation des employés des partenaires de Huawei et ceux de ses fournisseurs algériens. Ainsi, 12 000 ingénieurs et techniciens ont été formés en quelques années.