L‘Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a relevé avec « désolation », que certains médias ne respectent pas les « exigences des bonnes moeurs et de l’éthique de la profession », a indiqué, hier, dimanche 13 décembre, un communiqué de l’ARAV.

L’ARAV relève que  » certains médias et leurs journalistes débattent de thèmes et contenus qui sont, le moins qu’on puisse dire, contraires aux bonnes moeurs, aux valeurs humaines et à l’éthique professionnelle ».

A ce propos, l’ARAV affirme avoir suivi la bande-annonce du programme de l’émission « Ma waraa el djoudrane » (Derrière les murs), qui devait être diffusée mercredi dernier à 21:00 sur la chaîne Ennahar TV.

L’animatrice avait accueilli sur le plateau, une personne « connue pour s’adonner au charlatanisme et à la mystification et qui prétend même guérir la sorcellerie, la possession démoniaque et diverses maladies organiques et psychologiques », indique l’ARAV dans le communiqué.

Cette personne « s’est livrée à des scènes très répugnantes, dont le but est de faire dans le sensationnel, faire monter l’audimat et assurer le gain facile, au détriment du droit du téléspectateur à des émissions de qualité qui diffusent les bonnes moeurs et contribuent au développement et au progrès de la société », a estimé l’ARAV.

Suite à quoi, l’ARA affirme qu’elle avait convoqué le premier responsable à la chaîne, à l’effet de le mettre en garde contre les répercussions qui découleront de la diffusion de cette émission et indique que la direction de la même chaîne, « avait assuré qu’elle ne procédera pas à sa diffusion, en réponse au rappel à la mise en garde de l’ARAV ».

L’Autorité de régulation de l’audio-visuel qui tient à souligner  » son attachement à la nécessité de promouvoir le contenu médiatique », réitère par là même, « son refus catégorique de toute production médiatique qui consacre de tels contenus, fait la promotion de l’ignorance, fait fi de la Science et porte atteinte à l’image de l’Information en particulier et du pays en général ».

APS