Depuis la journée de dimanche dernier, 16 février 2020, le quotidien Ennahar est privé de la publicité publique que lui délivre habituellement l’Agence nationale d’édition et de la publication (ANEP).

Cette dernière a cessé l’octroi de pages publicitaire contenant les annonces des marchés publics, au journal de Anis Rahmani, actuellement en prison, alors qu’il en a bénéficié depuis plusieurs années.

Cette décision est intervenue quelques jours après l’arrestation et le placement sous mandat de dépôt de Anis Rahmani de son vrai nom Mohamed Mokadem.