Le montage local de la téléphonie mobile a été soumis au droit ordinaire et ne bénéficiera plus du dispositif d’importation des collections SKD/CKD, tel que stipulé par le Projet de loi de finances pour 2020, a indiqué samedi le ministère de l’Industrie et des Mines.

« Il n’est pas question de geler cette activité. C’est juste que le Projet de loi de finances pour 2020, exclue le montage de téléphonie mobile du dispositif d’importation des collections SKD/CKD, offrant des avantages aux investisseurs dans le montage notamment de l’automobile, de l’électroménager et l’électronique », a expliqué à l’APS une source responsable au ministère de l’Industrie et des Mines.

« Il faut savoir que cette activité (montage local de Smartphones) n’encourage pas l’intégration nationale, alors que la facture d’importation de ses composants est très importante », a précisé la même source, ajoutant que « même les pays développés ne font plus de montage, ou très peu, de téléphonie mobile sur leur sol ».

A cet effet, l’opérateur souhaitant produire des Smartphones en Algérie « paiera les taxes d’importation des composants sans bénéficier d’avantages comme c’est le cas des montages industriels précités (automobile, électronique et électroménager) », a-t-on ajouté.

Selon la même source, la décision des pouvoirs publics de placer le montage de la téléphonie mobile dans le droit commun et l’exclure du dispositif SKD/CKD, est le fruit de « deux années d’observation de l’activité en question et le constat qu’il s’agit dans la majorité des cas d’importation de produits finis déguisés ».

APS