Le groupe qatari des télécommunications Ooredoo a confirmé dans un court communiqué l’expulsion du directeur général de Ooredoo Algérie, Nickolai Beckers, annonçant l’ouverture d’une enquête sur cette affaire.

« Le groupe Ooredoo a annoncé aujourd’hui qu’il suivait de près la situation en Algérie. Le conseil d’administration du groupe a ouvert une enquête sur les allégations relatives à l’arrêté d’expulsion émis par les autorités algériennes contre le PDG d’Ooredoo Algérie », annonce le groupe dans son communiqué.

La même source affirme que « le Groupe continue d’être engagé dans l’excellence au service de tous ses clients et se conforme aux normes les plus élevées de gouvernement d’entreprise ainsi qu’aux réglementations et lois applicables dans chaque pays dans lequel il opère ».

Il est à rappeler que plusieurs médias ont rapporté l’expulsion, sur décision du président de la République Abdelmadjid Tebboune, du Directeur Général d’Ooredoo Algérie, Nikolai Beckers.

Le motif de cette expulsion est lié, selon les mêmes médias, « à la volonté de Nikolai Beckers de licencier 900 employés algériens exerçant chez l’opérateur de la téléphonie mobile ».

Ooredoo Algérie avait réagi à ces informations tout en refusant de les confirmer ou de les démentir.

«Suite aux informations relayées par certains médias électroniques ainsi que sur les réseaux sociaux à propos du Directeur général, M. Nikolaï Beckers, Ooredoo Algérie ne peut faire de commentaires sur cette question à ce stade. Jusqu’à l’heure, Ooredoo Algérie est en train de recueillir les informations y afférentes », a affirmé ce mercredi l’entreprise.