Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer, a lancé ce jeudi 20 février le premier atelier consacré à la presse électronique en Algérie.

En plus du ministre de la Communication, le ministre de la Poste et des technologies numériques, Brahim Boumzar, et du ministre de la micro entreprise, des Startups et de l’Economie de la connaissance, Yassine Djeridene, ont pris part à ce premier atelier organisé à l’École supérieure de journalisme, université d’Alger.

Egalement, des spécialistes, des enseignants universitaires, des journalistes, représentant plusieurs supports médiatiques et éditeurs de sites d’information ont marqué leur présence à cette cérémonie durant laquelle un diagnostic de la situation de la presse numérique a été présenté.

Les questions liées à la réglementation, la publicité, l’aide des autorités et l’encadrement juridique de cette presse, qui n’est qu’à ces débuts en Algérie, ont été soulevées durant cette journée. Il a dans ce cadre appelé les sites à régulariser leur situation

Ainsi, le ministre, qui a appelé à ce que les sites d’information soient hébergés en Algérie (la plupart des sites sont hébergés à l’étranger), a promis l’accompagnement de l’Etat à travers l’accès de la presse numérique à la publicité publique tout en affichant sa volonté à assainir le secteur des « forces extra-professionnelles ».

Par ailleurs, M. Belhimer a insisté sur la nécessité aux sites d’information de produire un contenu national, faisant savoir l’existence jusqu’à maintenant de 150 journaux en lignes, dont 84 déclarés aux services de son ministère.

Évoquant le projet de loi sur la publicité, M. Belhimer a affirmé que celui-ci sera prêt avant la fin 2020.