Vendredi dernier, la Commission fédérale des communications (FCC) a interdit la vente des produits de sécurité de la société moscovite Kaspersky, estimant qu’ils représentaient un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis.

La liste d’interdiction de sécurité nationale de la FCC a également été étendue aux fournisseurs de services mobiles appartenant à l’État chinois, China Mobile International et China Telecom.

L’année dernière, le régulateur a désigné cinq entreprises chinoises comme les premières entreprises figurant sur la liste, qui a été rendue obligatoire par une loi de 2019. Kaspersky est la première entreprise russe à figurer sur la liste.

Les responsables américains affirment depuis longtemps que l’exécution du logiciel Kaspersky pourrait ouvrir les réseaux américains à des activités malignes en provenance de Moscou et ont interdit le produit antivirus phare de Kaspersky sur les réseaux fédéraux en 2017. Kaspersky, basé à Moscou, a toujours nié être un outil du gouvernement russe.

Kaspersky, qui était déjà banni de tous les réseaux du gouvernement américain, est l’une des trois entreprises ajoutées à la liste couverte vendredi. China Mobile et China Telecom étaient les deux autres.

« Je suis heureux que nos agences de sécurité nationale aient accepté mon évaluation selon laquelle China Mobile et China Telecom semblaient atteindre le seuil nécessaire pour ajouter ces entités à notre liste. Leur ajout, ainsi que celui de Kaspersky Labs, contribuera à sécuriser nos réseaux contre les menaces posées par les entités soutenues par l’État chinois et russe qui cherchent à faire de l’espionnage et à nuire aux intérêts de l’Amérique », a déclaré Brendan Carr, commissaire de la FCC.

Dans une déclaration, les responsables de Kaspersky ont écrit : « Kaspersky est déçu de la décision de la Federal Communications Commission d’interdire l’utilisation de certaines subventions fédérales liées aux télécommunications pour l’achat de produits et services Kaspersky.

Cette décision n’est pas basée sur une quelconque évaluation technique des produits Kaspersky (que l’entreprise défend continuellement) mais est plutôt prise pour des raisons politiques ».

Il y a une dizaine de jours, l’Office fédéral allemand de la sécurité de l’information a déconseillé aux entreprises d’utiliser les produits Kaspersky.

Les responsables ont laissé entendre que l’entreprise pourrait être contrainte d’aider les services de renseignement russes. Kaspersky devient la première société de sécurité et la première entité russe à être ajoutée à la liste des menaces de sécurité des États-Unis. Eugene Kaspersky a déclaré à plusieurs reprises que sa société était totalement indépendante du Kremlin.

L’ambassade de Chine à Washington a déclaré vendredi dans un communiqué que la FCC « a abusé du pouvoir de l’État et a attaqué avec malveillance les opérateurs de télécommunications chinois, une fois de plus sans fondement factuel. Les États-Unis devraient immédiatement mettre fin à leur suppression déraisonnable des entreprises chinoises… La Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises ».

En octobre, la FCC a révoqué l’autorisation américaine de China Telecom, affirmant qu’elle « est soumise à l’exploitation, à l’influence et au contrôle du gouvernement chinois ». La FCC a cité ses décisions antérieures de refuser ou de révoquer la capacité des entreprises de télécommunications chinoises à opérer aux États-Unis dans sa décision de les ajouter à la liste de prestataires qui présentent des menaces.

La FCC a également révoqué les autorisations américaines de China Unicom et de Pacific Networks et de sa filiale à 100 % ComNet. En 2019, la FCC a rejeté la candidature de China Mobile pour fournir des services de télécommunications aux États-Unis, en invoquant des risques pour la sécurité nationale.

L’inclusion dans la dite liste signifie que l’argent du Fonds pour le service universel de la FCC, d’un montant annuel de 8 milliards de dollars, ne peut pas être utilisé pour acheter ou maintenir les produits de ces entreprises. Ce fonds soutient les télécommunications pour les zones rurales, les consommateurs à faible revenu et les installations telles que les écoles, les bibliothèques et les hôpitaux.

L’année dernière, la FCC a également désigné Hytera Communications, Hangzhou Hikvision Digital Technology et Dahua Technology comme des menaces pour la sécurité.

La présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, a déclaré que l’agence avait travaillé en étroite collaboration avec les agences de sécurité nationale des États-Unis pour mettre à jour la liste et qu’elle ajouterait d’autres entreprises si cela était justifié.

Publicités