Huawei Télécommunications Algérie a organisé jeudi, au sein de son siège à Babezzouar sis à Alger, la deuxième session de formation sur les TIC dédiées aux journalistes. Ainsi, une quinzaine de journalistes ont pris part à cette journée.

Cette session vise essentiellement la vulgarisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cette initiative, à l’instar de d’autres, reflète également la volonté de Huawei Télécommunications Algérie de permettre aux journalistes algériens de bénéficier des connaissances dans le secteur d’activité de Huawei (TIC). D’autres sessions sur d’autres thèmes sont également prévues dans les mois à venir.

Cette deuxième journée de formation a porté notamment sur la vulgarisation des réseaux d’accès fixe ; l’évolution de l’apport de Huawei dans les technologies de stockage et de traitement des informations à travers le monde (Data center).

Intervenant sur la partie « réseaux d’accès fixe », Madame. Fadila Kacimi ; Network manager solutions a rappelé l’évolution des technologies d’internet fixe. Elle a présenté le FTTB (Fiber To The Building, ou Fibre jusqu’au bâtiment), le FTTC (Fiber To The curbe, Fibre jusqu’au trottoir et aussi le FTTH (fibre jusqu’au domicile).

Ainsi, elle dira que Huawei a participé activement dans le développement de ces technologies décrochant ainsi la place de leader mondial dans ce volet. La conférencière a indiqué que les technologies de Huawei sont très avancées et gagnent de plus en plus du terrain à travers les différents continents.

Pour sa part, Monsieur Mohamed Réda Meghalsi, cadre au département « Solutions » au sein de Huawei Télécommunicatgion Algérie a présenté la nouvelle génération des Data Center modulaires de Huawei. Selon lui, cette nouvelle génération de centres de données permettra aux clients de résoudre les problèmes techniques constatés dans les anciens modèles de centres de données.

Ce nouveau modèle de centre de données de Huawei permettra d’économiser de l’énergie, réduire les coûts de réalisation et aussi réduire le temps de réalisation de 10 à 15 mois, explique encore M. Meghalsi.