Le Groupe des acteurs du numérique algérien (GAAN) a publié les résultats de son audit consacré aux sites web des institutions algériennes, en étudiant plusieurs critères dont la performance, la rapidité, la sécurité et l’expérience mobile.

Le Graan a affirmé que cet audit est le premier d’une série d’études que l’Observatoire du GAAN compte mener pour parachever son baromètre mesurant la digitalisation en Algérie.

Ainsi, 48 sites web institutionnels de ministères, d’institutions étatiques et d’organismes gouvernementaux ont été passés au peigne fin et évalués sur un score total de 100 points.

« Malheureusement, 75% des sites web gouvernementaux audités affichent un score mobile inférieur à 50 points sur un total de 100 selon le PageSpeed Insights de Google », a regretté l’Observatoire Numérique du GAAN.

« Si les résultats des sites web gouvernementaux sont loin d’être satisfaisants sur mobile, leurs performances sur desktop, c’est-à-dire sur des navigateurs internet ouverts depuis des PC de bureau, ne sont pas réjouissantes non-plus », déplore-t-on.  

L’Observatoire Numérique du GAAN détaille : « Selon toujours l’outil d’analyse de Google, 43%, soit près de la moitié des sites web audités n’obtiennent pas plus de 50 points sur 100 en matière de performances desktop.

L’organisme a affirmé que 100% des sites web des institutions algériennes analysés utilisent le .dz comme nom de domaine, ce qui est un élément très rassurant. Cependant 8% des sites ne sont pas accessibles en tapant les 3 w avant le nom de domaine (www.nomdedomaine.dz) et 49% sont inaccessibles sans les www.

Les sites doivent être accessibles avec et sans les www, car certains internautes tapent l’adresse du site avec le suffixe alors que d’autres le tapent sans le suffixe.

Pour ce qui est des critères de sécurité, l’Observatoire du GAAN a affirmé que 85% des sites web audités ne disposent pas de certificat SSL. Or, « le certificat SSL constitue sans doute une des protections les plus indispensables à déployer sur un site web », précise l’Observatoire.

Ce dernier a affirmé que le « seul le site web du ministère de la défense atteint un score de performances supérieur à 80%. Le classement compte plusieurs sites web avec un score inférieur à 50 points, soit en dessous de la moyenne ».

Le site du MDN est suivi par celui du ministère des Relations avec le Parlement avec un score de 75,71 %, et par le site internet de la Direction des grandes entreprises (DGE) vient en troisième position avec un score de 75,29 %, suivi par les sites du Concours de la fonction publique (72,29 %), du ministère de l’Enseignement supérieur (72,14 %) et d’Algérie Poste (71,43 %).

Le site web d’Algérie Télécom obtient pour sa part un score de 61,14 % et celui de l’Agence de presse APS 49,29 %.

Enfin, l’Observatoire Numérique du GAAN a signalé que « Le présent classement vise bien entendu à attirer l’attention des administrateurs des sites web gouvernementaux à prendre en main activement l’entretien de leurs vitrines, celles-ci étant les principaux leviers de proximité avec le citoyen et le premier pas vers une démarche de E-gouvernement et de digitalisation des services publiques ».