Des blocages et coupures d’internet ont été enregistrés dans plusieurs régions du pays durant les grandes manifestations de vendredi, rapporte NetBlocks, une ONG (Organisation non-gouvernementale) qui collecte les coupures du Net à travers le monde.

«Les communications et la couverture médiatique de la deuxième vague de manifestations contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat ont été restreintes », a indiqué NetBlocks.

L’observatoire Internet NetBlocks affirme avoir «recueilli des preuves de pannes d’internet depuis le 25 février à Bordj Menaiel, est d’Alger et d’autres à partir de 13h00, vendredi dont des quartiers de la capitale et de Tizi Ouzou, lors des nouvelles manifestations.

«Les perturbations auront probablement un impact important sur la capacité des participants à partager le contenu des démonstrations. Les perturbations sont compatibles avec les moyens techniques utilisés pour limiter le flux d’informations afin de réprimer les manifestations et la couverture médiatique de l’opposition», affirme l’ONG.

«Certains réseaux restent disponibles, bien que dans les cas où la bande passante est ralentie ou limitée, permettant à une quantité d’informations de quitter les zones de manifestation», précise la même source.