Les coupures d’internet durant les cinq jours du Baccalauréat ont causé à l’Algérie une perte financière estimée à 250 millions de dollars, soit plus de 30 milliards de dinars.

L’estimation des pertes financières engendrées par la coupure d’internet pendant plusieurs heures de la journée et pour une durée totale de cinq jours a été établie par l’ONG Internet sans frontières.

«Les pertes économiques représentent un montant important pour ce pays de plus 41 millions d’habitants. En utilisant l’outil mis à disposition par Netblocks.org, on estime le coût à 250 millions de dollars, soit plus de 30 milliards de dinars algériens », a indiqué Gibran Freitas, en charge de la cyber sécurité et des libertés à Internet Sans Frontières.

L’ONG, qui lutte contre les restrictions et les blocages de l’internet, a affirmé que la coupure d’internet en Algérie «a causé des pertes importantes aux activités économiques de tout le pays. Des marchés perdus, des activités retardées, des vols annulés ou reportés, et bien d’autres sont à déplorer».

L’opérateur public, Algérie Télécom, rappelons-le, n’a pas diffusé de communiqué sur cette coupure.

Pour l’ONG Internet sans frontières, «cette mesure freine le développement du secteur du numérique, qui est pourtant envisagé comme un levier pour faire sortir le pays de la dépendance aux hydrocarbures. Plusieurs entreprises ont été contraintes de s’excuser de l’interruption de leurs services auprès de leurs clients».