Les réseaux sociaux ont joué un important rôle dans la mobilisation populaire contre le 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

Ces plateformes, largement utilisées par les Algériens, notamment Facebook et Twitter, sont aussi un outil de diffusion de fake News ou les fausses informations.

Depuis le 22 février dernier, date du début des premières manifestations, de nombreuses fausses informations ont été publiées sur les réseaux sociaux. Des informations peu fiables et douteuses ont également fait leur apparition et partagées massivement sur de nombreuses pages Facebook algériennes.

Face à l’absence de la communication officielle où les autorités ne communiquent qu’au compte-goutte, l’internaute algérien s’est rué sur Facebook et Twitter pour s’informer.

Cette demande d’informations a connu une hausse vertigineuse depuis le début du mouvement de contestation.

Une période qui a été accompagnée par la diffusion de fausses informations ou non-vérifiées. Cette période est devenue aussi propice pour la publication d’anciennes photos et vidéos qui ont été présentées comme étant récentes.

Le 5e mandat, la santé du président Bouteflika, la maladie supposée d’Ahmed Ouyahia, et les annonces sur le maintien ou pas des élections présidentielles sont autant de sujets concernés par des publications contenant à différents degrés des fausses informations.