The recovered first stage of a Falcon 9 rocket stands at Space Exploration Technologies Corp. (SpaceX) on February 2, 2021 in Hawthorne, California. - Inspiration4 mission commander Jared Isaacman, founder and chief executive officer of Shift4 Payments all-civilian Inspiration4 mission will raise $200 million for St. Jude Children's Research Hospital through a donation based sweepstakes to select a member of the crew. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)

SpaceX construit actuellement un réseau de centaines de satellites espion dans le cadre d’un contrat classé défense passé avec une agence américaine de renseignement, ont dit à Reuters cinq sources au fait du programme, preuve d’un renforcement des liens entre la société spatiale du milliardaire américain et les agences de sécurité nationale.

Le réseau est construit par la filiale Starshield de SpaceX en vertu d’un contrat de 1,8 milliards de dollars (1,65 milliards d’euros) conclu en 2021 avec le Bureau de reconnaissance nationale (NRO), une agence de renseignement qui exploite des satellites espion, ont ajouté les sources.

Ce projet montre à quel point SpaceX est impliqué dans des projets de renseignement et de défense américains et illustre les investissements croissants du Pentagone dans un vaste système de satellites d’orbite basse destiné à soutenir les troupes au sol.

Elon Musk, également fondateur et directeur général du constructeur de voitures électriques Tesla et propriétaire du réseau social X – ex-Twitter -, a connu dans un passé récent des tensions avec certains responsables de l’administration de Joe Biden, soucieux de voir les communications satellite Starlink en Ukraine, contrôlées par Elon Musk et utilisées par l’armée ukrainienne, échapper à l’autorité de l’armée américaine dans une zone de guerre.

Reuters n’a pas été en mesure de déterminer quand le nouveau réseau de satellites deviendrait opérationnel.

SpaceX, premier opérateur mondial de satellites, n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur le contrat, son rôle et son déploiement.

Dans un communiqué, le NRO a confirmé de son côté avoir pour mission de développer un système sophistiqué de satellites, mais refusé de faire d’autre commentaire.

Reuters