L‘opérateur de téléphonie mobile, Djezzy, a réalisé des investissements de plus de 24,9 milliards de dinars en 2023, en hausse de 38,5% sur un an, selon un communiqué publié mardi 20 février 2024 par cette entreprise publique.

Ces investissements représentent un ratio de 25% du chiffre d’affaires, permettant à l’entreprise d’étendre « significativement » la couverture 4G et d’améliorer le débit et la latence pour assurer une meilleure qualité de service aux clients, mais aussi d’étendre son réseau de boutiques, notamment dans les nouvelles wilayas du sud, souligne la même source.

En 2023, Djezzy a enregistré un chiffre d’affaires de 102,4 milliards de dinars en 2023, en hausse de 9,5% en glissement annuel, précise l’entreprise.

Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de la société s’est élevé, quant à lui, à 45,5 milliards de dinars enregistrant une hausse de 8,4% par rapport à 2022, selon la même source.

L’opérateur a enregistré, également, en 2023, une « hausse notable » de sa base d’abonnés, avec plus de 700.000 nouveaux clients, portant le nombre des clients à 15,6 millions, soit une croissance de 4,5% par rapport à la même période en 2022, est-il relevé dans le communiqué.

D’autre part, l’opérateur a fait part dans son communiqué, d’un chiffre d’affaires de 26,8 milliards de dinars, réalisé au 4ème trimestre 2023, soit une augmentation de 10,4% par rapport à la même période en 2022.

Concernant ses programmes de digitalisation, l’opérateur a souligné qu’il « poursuit sa stratégie visant à accélérer ces programmes avec l’appui du Fonds national d’investissement (FNI), en vue de contribuer au développement numérique du pays », cela tout en « consolidant ses partenariats stratégiques avec Algérie Télécom et Algérie Télécom Satellite pour le développement de solutions technologiques innovantes ».

Djezzy a mis en avant, également, des accords signés avec des institutions majeures, dont le ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique, l’Agence nationale des parcs technologiques (ANPT) et l’Algerian startup fund (ASF), qui « visent à accompagner les jeunes porteurs de projets dans leur nouveau parcours professionnel, créant ainsi une passerelle entre le monde académique et celui de l’entreprise ».